Nintendo

Introduction :

Nintendo Kabushiki Gaisha est une entreprise japonaise créé en 1889 par Fusajiro Yamauchi à Kyoto. Même si aujourd’hui on connaît Nintendo pour ses jeux ils faut savoir que cette entreprise à commencé par vendre des cartes à jouer, les hanafudas. Ces Hanafuda devinrent vite populaire, et M. Yamauchi du alors s’entourer de nombreux assistants pour la production. Il pris sa retraite en 1929 et confia l’entreprise à son gendre Sekiryo Yamauchi qui confiera lui même en 1947 l’entreprise à son petit fils Hiroshi Yamauchi. C’est à partir de la que l’entreprise commença à partir dans de nombreuses directions. En 1965 Gunpei Yokoi est engagé, il deviendra un des piliers du succès de Nintendo et sera placé quelque années plus tard dans le secteur jeu de Nintendo. Vers 1970, Nintendo se penche sur le marché naissant du jeux vidéo, tout d’abord avec des jeux sur bornes d’arcade, et d’autre petits projets jusqu’à la création en collaboration avec Magnavox à la création d’Odyssey la première console Multi-Jeux de l’histoire. En 1977 est embauché Shigeru Miyamoto, qui deviendra l’un des plus grand développeur de jeu de l’histoire. Nous chercherons à présenter les différentes consoles de Nintendo, de la Famicon (1983) à la Nintendo Switch (2017), en ce concentrant cependant seulement sur les consoles principalement de salon.

I- 3ème et 4ème génération:

A- 3ème génération : La Young Computer : Famicon et NES :

En 1983, Nintendo sort la Famicon (Family Computer), est une console de 3ème génération, c’est à dire la génération des consoles 8 Bits. Cette console sortira en Europe et Amérique, sous le nom de Nintendo Entertainment System ou NES, avec quelques modification physique et technique. Pour sa conception, Hiroshi Yamauchi, demanda deux critères, premièrement, quelle ai un prix d’achat inférieur à 10000 Yens, et deuxième chose, que aucune autre console puissent la concurrencer d’un point de vue des performances avant 3 ans. Elle sortit cependant avec un prix d’achat de 14 800 Yens, mais cela restait moins cher que les autres consoles sur le marché. A sa sortie la NES fut effectivement la plus performante, dépassant de loin les performances de la SG-1000 sortit en même temps. A titre de comparaison, la NES possédait 4,3 KB de mémoire RAM contre 3 pour la SG-1000, et pouvait afficher beaucoup plus de sprite et de de couleur à l’écran que ne pouvait la SG-1000. La NES fut détrôné en 1985 par la Master System de Sega, qui avait de bien meilleur performance que la NES, sauf pour l’audio. Cependant, même si elle n’était pas la plus performante, la NES dominait toujours le marché du à leur politique sur les producteurs tiers, survivant même après la fin de la 3ème génération, alors que toutes les autres consoles était passé à 16 bits. La NES était aussi remarquable pour tous ses accessoires, allant d’accessoire un peu.. spécial comme le Power Glove, un gant manette à des accessoires très avancé comme le Famicon Disk System (un adaptateur disquette) ou le Family Computer Network System qui permettait de se connecter au serveur de Nintendo, pour pouvoir voir des astuce de jeu, des news, et même téléchargé des jeux

B-4ème génération : Super Famicon et Super NES

Avec l’arrivée de la quatrième génération et donc des consoles 16-bits, même si la NES tenait encore le coup, Nintendo décidèrent de créer une nouvelle console : la Super Famicon au japon et la Super NES en occident. En plus d’être une console 16 bits, la Super NES ce démarquait par ses 8 modes graphique d’application de textures, numéroté de 0 à 7. On retiendra surtout le mode 7 qui permettait de faire un faux rendu 3d en 2d, et donnait ainsi une perspective à l’écran, et permettait aussi des effets de zoom et de rotation. Nintendo ont

ainsi fait la console la plus puissante de la 4ème génération. La où Sega ont dominait niveau performance dans la 3éme génération avec la Master System, la méga Drive elle était écrasé par la Super NES. La super NES pouvant afficher bien plus de couleur et de sprite. De plus, la super NES possédait une mémoire RAM principal de 128 KB contre 64 pour la méga drive. Et il faudra aussi noter que la méga drive était tristement réputé pour ses sons infâmes, contrairement à la super NES. Cette performance permit à Nintendo le luxe de ne pas avoir à concevoir de consoles 32 bits lorsque ce type de consoles naquit, et attendirent la naissance des consoles 64 bit pour créer la Nintendo 64.

II-De la 5ème à la 6ème génération

A- 5ème génération : Reality : La Nintendo 64 :

Avant de commencer, il est bien de savoir ce qui a emmené à la création de la Nintendo 64. A la base, Nintendo avaient organisé un partenariat avec Sony dans le but de créer un adaptateur CD pour la Super NES. Du à une tentative de trahison de la part de Sony, Nintendo abandonna le partenariat. De leur coté Sony créèrent la PlayStation, et la Méga CD de Sega, ainsi que la CD-i de Phillips furent des échecs retentissant, cela refroidit légèrement Nintendo dans leur envie d’avoir un support CD, et restèrent sur les cartouches. Nintendo se lance alors dans un projet de création d’une nouvelle console répondant au nom de code Reality. Après un an de retard par rapport à la date prévu (elle devait normalement sortir en 1995, mais finit par sortir en Juin 1996), la Nintendo 64 entra dans le marché de la 5ème génération. Cette génération de Console était très importante car elle était l’air de transition de la 2D à la 3D. On ne parlait plus en sprite, mais en polygone, la plupart des consoles avaient atteint le cap des 16 millions de couleurs, autant que ce que peut voir un être humain, et pour la plupart des consoles, l’abandon du support cartouche pour le support CD, sauf pour Nintendo. Effectivement le support cartouche leur octroyer pas autant de mémoire qu’un CD, mais cela n’empêchait pas la Nintendo 64 d’avoir de meilleur performance que ses concurrents. Tandis que toutes les autres consoles fonctionnait sous 32 bits, même Playstation, la nintendo 64 elle portait bien son nom. Elle possédait bien plus de Ram que son principal concurrent : 3.5 MB pour la Playstation, contre 4MB (ou 8 avec une expansion) pour la Nintendo 64. A titre de comparaison, un jeu sur Nintendo 64 sera beaucoup plus fluide que sur playstation, mais le support cartouche faisait que la console avait plus de mal avec les textures et les images de synthèse. Cependant malgré ses performance de loin supérieur, ce fut la Play Station qui domina la 5ème génération de la même façon que la NES domina la 3ème, c’est à dire en arrivant avant et en ayant récupérer beaucoup de licence de jeu.

B-6ème génération : Dolphin: GameCube :

Et arrive désormais la 6ème génération. Nintendo annoncèrent une collaboration avec IBM et ARTx qui fut racheté ensuite par ATI mais conservèrent tout de même le contrat, non sans quelques retards produit. C’est ainsi que pour cet génération aussi, Nintendo arriva en retard et présentèrent leur GameCube. La gamecube était construite dans l’optique d’une course à la performance. Alors oui, La Gamecube a un meilleur processeur que la PlayStation 2, mais un moins bon que la Xbox (Respectivement 485, 294 et 733 MHz). La Gamecube même si aura eu un nombre de vente raisonnable de 21.74 millions, mais restera une des consoles les moins vendu de Nintendo, en plus de ne pas s’être vraiment démarqué, elle reste cependant très apprécié des gens né vers les années 2000, plus par extrême nostalgie que par réel raisonnement et c’est pour cette raison que toutes les consoles venues après prennent en charge la manette Gamecube. Nintendo changèrent alors leur ligne de conduite, ou du moins reprirent leur ancienne ligne de conduite, introduite par Gunpei Yokoi, créateur de la Famicon, de la GameBoy et de la croix directionnel entre autre, ligne de conduite qu’il appelait « La pensée latérale des technologies désuètes  ». Ce changement de ligne de conduite s’appliquera à la prochaine console de Nintendo sous le nom de projet Révolution.

III-De la 7ème génération à la 8ème

A-La 7éme génération, une révolution : La Wii

En 2006, Nintendo sort la Wii, comme dit plus tôt, Nintendo a abandonné la course à la performance, et cela est visible, la puissance de la Wii est bien pale en comparaison avec la PlayStation 3 et la Xbox 360, mais ce n’est pas le but de la Wii, ici Nintendo à chercher à innover, et pour cela, une technologie qui n’a rien a voir avec le milieu du jeu vidéo, ou même du milieu ludique en général, un accéléromètre. Cet accéléromètre est utilisé dans la manette est permet de détecter les mouvements de la dite manette. En plus de détecter les mouvements que l’on fait avec la manette, celle ci dispose d’un dispositif de pointage, fonctionnant avec un émetteur infrarouge placé prés de l’écran. Viendra plus tard le Wii Motion Plus, une extension à la manette permettant de rendre la détection de mouvement encore plus précise. Avec La Wii, Nintendo confirma son talents pour l’innovation et la création de console adapté pour tous les horizons, ce qui en fera la 5ème console la plus vendu de tous les temps, et la plus vendu de sa génération.

B-La 8ème génération : La Wii U :

Après la Wii, Nintendo voulurent continuer leur lancée, et conçurent alors la Wii U. Tout comme la Wii, l’intérêt de la Wii U fut dans sa manette, il y avait toujours les manettes classique de la Wii mais une cinquième se greffa au lot, qui en plus des caractéristique des manettes de la Wii, possédait aussi un écran tactile, cette manette appelé GamePad permettait d’offrir une nouvelle expérience de jeu « asymétrique » puisque ce que l’on voit à l’écran du téléviseur n’est pas la même chose que ce que l’on voit sur l’écran du game pad, par exemple, dans le cas du jeu Splatoon, sur la télé on voyait le jeu, et sur le gamepad on voyait la carte. Il était aussi prévu que l’on puisse jouer à la Wii U même si la télé était occupé, en utilisant l’écran du Game Pad comme écran principal. Cette console fut cependant un échec commercial, du à de nombreux mauvais choix en communication, faisant passer la console pour un simple accessoire de la Wii, cela, additionner au manque de jeu, elle fut l’une des consoles les moins vendu de Nintendo.

C-NX : La Switch :

On arrive à la dernière console de Nintendo en date, qui est considéré par certains comme une version aboutit de la Wii U. En effet, la Nintendo Switch est une console hybride, c’est à dire que l’on peut l’utiliser à la fois en console de salon et en console portable. La switch est composé d’un écran tactile, d’un « dock » pour la connecter à un écran télé, et de deux manettes rattachable à l’écran, qui comme depuis la Wii dispose d’un accéléromètre et d’un gyroscope pour détecter les mouvements. En plus de cela, la manette possède un dispositif haptique appeler HD Rumble permettant de générer d’excellente vibration de façon très précise, pour témoigner de la précision du HD Rumble, Nintendo sortirent un jeu appelé 1-2 Switch, composé de plusieurs mini-jeux dont un qui par exemple consiste à essayer de faire deviner combien il y a de bille dans une boite représenté par la manette, en la faisant pencher et en écoutant les vibrations à l’intérieur. La Switch étant une console toujours en production, on ne peut encore déterminer le nombre de ventes qui sera encore faite, mais elle seront certainement bien au dessus de celle de la gamecube et de la Wii U.

Conclusion :

En conclusion, Nintendo est une entreprise qui a toujours su innover, à l’exception de la GameCube, la plupart de leur console ayant pour but d’apporter une expérience ludique et amusante en s’accordant à la maxime fétiche de Gunpei Yokoi l’homme à qui est dù leur succès « La pensée latéral des technologies désuètes . Même si aujourd’hui Nintendo a perdu de sa superbe, en étant souvent la cible de critique négative, Cet entreprise reste indéniablement l’une des plus grandes du jeu vidéo, ayant un grand impact sur notre culture que ce soit pour ses consoles mythiques et ses licences que tout le monde connaît comme Mario, Pokémon, Zelda et bien d’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *