La Réalité Augmentée liée au prêt-à-porter

Sommaire

Introduction :

 

 

Partie I : Les nouvelles images du marketing

 

  1. Le e-commerce : la stratégie web to store
  2. Les nouvelles stratégies : le marketing mobile
  3. Le commerce avec comme focalisation : le prêt-à-porter

 

Partie II : La RA : son fonctionnement et ses tendances

 

  1. L’impact de la RA dans les domaines du commerce
  2. La RA, supplémentaire ou réelle plus-value ?
  3. Le fonctionnement

 

Partie III : La RA liée au prêt-à-porter

 

  1. Ce que la RA peut nous apporter quant au prêt-à-porter
  2. Le succès de la RA dans la mode
  3. Quelques inconvénients et avantages de la RA liée à la mode
  4. La situation actuelle : une évolution plus qu’une révolution

 

Conclusion :

Ressources :

______________________________________________________________

Introduction :

 

La réalité augmentée n’est peut-être pas aussi excitante que la réalité virtuelle mais elle peut nous servir dans nos vies quotidiennes de multiples façons. Il est introduit de nombreuses manières comme dans le domaine médicale, dans l’immobilier et même dans la mode avec ses nouvelles techniques et stratégies. Il permet de percevoir le monde qui nous entoure en ramenant les éléments du monde virtuel dans la réalité. Concrètement il augmente l’expérience concernant ce qu’on entend, ce qu’on voit et même ce qu’on touche.

 

En regardant des technologies de RA, on remarque qu’ils se trouvent dans un spectre entre le monde de la réalité et le monde virtuelle. Plus concrètement, il s’agit de superposer en temps réel un élément 2D ou 3D dans une image réelle. L’environnement réel est augmenté par une quantité d’informations afin de projeter et même personnaliser ces images. Comme exemple, le commerce s’en sert dans ses stratégies de ventes à travers l’émergence exponentielle du e-commerce. Plus précisément, on peut voir de plus comment la RA est en train de se lier au prêt-à-porter.

 

Nous allons voir dans ce rapport si on peut tirer profit de ces nouvelles technologies pour améliorer le marketing des entreprises de la mode. Est-ce que la RA ici simplifie la vie ou la rend-t-elle plus complexe ? Pour tenter d’y répondre on verra en première partie les nouvelles images du marketing en focalisant sur ces nouvelles stratégies. Ensuite nous allons développer le sujet de la RA avec son fonctionnement et ses tendances. Enfin cela nous amènera sur la RA liée au prêt-à-porter.

 

 

 

Partie I : Les nouvelles images du marketing

1. Le e-commerce : la stratégie web to store

 

Le terme marketing pris au sens large d’après l’Education nationale se défini comme

 

« l’ensemble des techniques et des actions grâce auxquelles une entreprise développe la vente de ses produits et de ses services en adaptant, le cas échéant, leur production et leur commercialisation aux besoins du consommateur ».

 

Il faut comprendre que dans notre société d’information, des nouvelles approches de marketing ont vu le jour avec comme objectif une soif  toujours présente d’agrandir leurs marchés et donc de satisfaire les besoins, désirs et usages de ses consommateurs toujours en évolution. Nous allons maintenant voir les nouvelles images du marketing  en commençant par le commerce électronique.

 

 

Le commerce électronique (e-commerce) est un moyen de transaction qui consiste à acheter ou à vendre des produits sur internet. Ces  nouvelles stratégies de marketing font appel à des technologies comme du commerce mobile, le marketing d’internet et des processus de transactions sur web. Le e-commerce typique regroupe l’achat de produits sur web comme des livres achetés voir même des chansons achetées comme sur iTunes.

 

Il existe 3 domaines du e-commerce : des marchés sur internet, des magasins sur internet, et des misent en vente sur internet. Le e-commerce est soutenu par un commerce dit électronique. Ce type de commerce offre des avantages comme des économies de prix et une sécurité de l’achat. En 2010 le UK avait les plus grandes quantités de dépenses à l’ échelle mondiale. Parmi d’autres économies, le e-commerce de la Chine ne cesse de d’augmenter. Les transactions entre la Chine et d’autres pays ont augmenté de 32% avec un chiffre d’affaire de 375,8 billion de dollars et ce qui représentait 9,6 % de la quantité totale du commerce du pays. En 2014, la Chine comptait 600 million de d’utilisateurs ce qui fait de la Chine le plus grand marché du e-commerce avec une estimation de 899 billion de dollars en 2016. En 2013 le e-commerce du Brésil augmentait d’une rapidité avec un bénéfice de 17,3 billion de dollars. L’Inde regroupe 460 million de gens qui sont connectés à internet. Malgré ceci, la pénétration du e-commerce est lente comparée au marché des Etats-Unis.  Le degré d’augmentation du marché dans les pays Arabes s’accroit avec un pourcentage de 13,1 % en 2015.

 

 

En 2017, les ventes du e-commerce ont atteint plus 2 milliards de dollars. Il est important de noter que les smartphones sont en train de jouer un rôle important dans le e-commerce. De nombreuses recherches ont montré que même pour les commerces traditionnels le mélange du e-commerce a influencé les affaires.  Le e-commerce devrait augmenter de 56 % entre 2015 et 2020 alors que les marchés normaux devraient augmenter de seulement 2 % environ.  A cause du e-commerce, la compétitivité des produits des entreprises ont augmenté de manière considérable.

 

Pour des commerces traditionnels, une étude a démontré que le recours des technologies de l’information et un e-commerce qui franchit les barrières est une bonne opportunité pour le développement et la croissance rapide d’une entreprise. Cela explique pourquoi beaucoup de compagnies ont investi énormément dans des applications mobiles. Comme exemple le modèle Delone et McLean[1] démontre qu’il existe trois grandes perspectives qui contribuent à la réussite du e-commerce : la qualité du système d’information, la qualité de service et la satisfaction de l’utilisateur.

 

Les formes de e-commerce peuvent être subdivisées en catégories. La première concerne les genre de produits vendus. Il regroupe des produits « digitales » pour une consommation sur internet jusqu’à la commande de produits et services conventionnels. La deuxièmes catégorie concerne la nature du participant. A un niveau institutionnel des grandes firmes financières se servent de l’internet pour échanger des données financières afin de facilité le commerce international.

 

Avec le e-commerce, il n’y a plus de limite géographique ou temporelle afin de répondre aux ventes et la satisfaction des clients. Il est important de signaler que les stratégies diffèrent entre des marchés traditionnels et celles liées à l’internet. Des entreprises traditionnelles proposent moins de produits stockés dans le magasin alors que des boutiques en ligne envoie les commandes directement au fabriquant. En outre, les facteurs de prix peuvent entrer en jeu avec des distributeurs traditionnels qui basent leurs prix sur la fluctuation des produits et le prix de garder les stocks en magasin alors que les distributeurs sur internet basent leurs prix sur la vitesse de livraison.

 

En ce qui concerne l’impact social avec le e-commerce on a de nombreux avantages : d’abord le coût de faire fonctionner un magasin de e-commerce est très bas en le comparant à un magasin en béton. Deux, on n’a pas besoin de payer un loyer avec des termes qui coûte cher. Enfin le nombre d’heures présente peuvent être réduites ce qui donne un processus de fonctionnement simplifié.

 

Il existe deux manières d’utiliser le e-commerce : un, c’est d’avoir un site web complètement basé avec des ventes sur internet et deux, c’est d’avoir un site web avec en même temps un magasin en béton. Pour jauger les deux, on peut souligner que les vendeurs sur internet vendent des produits à des prix plus bas. Ils peuvent permettre aussi une plus grande sélection et une efficacité en terme de livraison appréciable. Néanmoins, des distributeurs ne peuvent pas offrir l’expérience de magasin qu’offre des magasins traditionnels ce que nous allons développer dans la troisième partie.

 

 

2. Les nouvelles stratégies : le marketing mobile

 

Le mobile marketing ou m-marketing est une technique sur internet qui vise un public d’utilisateurs de smartphones à travers des sites web, des SMS ou des emails.  Cette nouvelle stratégie sait comment bénéficier d’utilisateurs qui sont connectés quasiment à chaque instant de la journée selon des chercheurs comme Andreas Kaplan. M. Kaplan précise par exemple que les SMS ont un délais de lecture de quatre minutes après l’envoi ce qui montre la possibilité de les utiliser aussi pour des publicités.

 

Durant les dernières années, le marketing basé sur des SMS est devenu un socle légitime en Europe, en Amérique et en Asie. La qualité de ces messages sont structurés par le IAB (Interactive Adverstising Bureau) ou le MMA (Mobile Marketing Association) alors que dans d’autres endroits du monde les SMS sont toujours une occasion de transmettre du spam. Le marketing mobile via SMS est devenu la plus importante forme de marketing mobile avec plus 100 million de SMS de publicité envoyés mensuellement en Europe seulement.

 

En ce qui concerne des MMS, des marques peuvent désormais envoyer un contenu riche via des réseaux et suscriptions MMS A2P (application-vers-la-personne). Il existe même des messages de P2P (personne-à-personne). Un bon exemple du marketing MMS est la  compagnie de Motorola concernant leur chaine de salles de musique. Avec l’augmentation de l’utilisation des smartphones, l’intégration des applications émergent aussi avec croissance.

 

 

Les compagnies profitent de la situation pour faire du marketing mobile. L’objectif est que ces applications soient le plus visibles possibles afin d’obtenir un maximum de téléchargement. On appelle cette pratique ASO (App Store Optimization). La plupart des entreprises ont avoué le potentiel des applications mobile dans le but d’optimiser l’interaction avec un commerce et les clients visés. On va voir comment cela concerne le prêt-à-porter un peu plus loin.

 

 

Des tendances nouvelles de marketing sont apparues comme du marketing liée aux jeux. Comme exemple, on voit l’apparition des jeux 3D en temps réel, des grands jeux à plusieurs personnes voir même des jeux de réseaux sociaux. Des marques sont également en train de proposer des messages promotionnels avec des jeux mobiles ce qu’on appelle des jeux mobiles financés par la publicité. Par exemple dans des jeux, les vêtements et les voitures peuvent simuler des vraies marques de produits. Les agences de publicité peuvent devenir très créatives pour insérer leurs publicités dans ces jeux.

 

 

Bien que ces jeux puissent devenir plus coûteux qu’une simple application, une bonne exposition peut leur rapporter un bon profit. On peut remarquer comment la RA peut aussi être utilisée pour imprégner dans la réalité le contenu de marques. Le prétexte d’une application ou jeu a comme but de faire parler des produits autour de la personne.

 

 

3. Le commerce avec comme focalisation : le prêt-à-porter

 

Les responsables du commerce liés au prêt-à-porter ont choisi des approches variées pour faire connaître ses produits et répondre aux aspirations de ses consommateurs.  On doit remarquer  cependant une défaillance coûteuse en logistique pour les achats de mise en vente. Ceci est tout simplement un taux de retour élevé qui pour certains sites, grimpe jusqu’à 25%. Résultats : frais de gestions des retour et de la remise en stocks.

 

Afin de résoudre ce problème de nombreux efforts se sont mis en place comme l’utilisation des mannequins numériques, des défilées de mode virtuel ou l’utilisation des avatars. Ce dernier semble plutôt réaliste car il se crée à partir des données du client. Ceci dit, ces démarches sont relativement coûteuses et n’assurent toujours pas une satisfaction concernant le choix de vêtement ou accessoire. La taille m d’une marque peut correspondre aux caractéristiques d’un  taille s d’une autre marque. Le client face à cette situation commande souvent le même produit en plusieurs tailles et retourne ce qui ne va pas. Cette méthode ne convient naturellement pas aux entreprises.

 

 

Partie II : La RA : son fonctionnement et ses tendances

 

1. L’impact de la RA dans les domaines du commerce

 

L’impact sur le marketing

Si on part sur une optique de marketing mixe basée sur le « Modèle des 4P »[2] : 1. Le produit (product), 2. Le prix (price) 3. La distribution (place) 4. La communication (promotion), on peut noter comment ces règles sont affectées. Même si le produit reste le même, est-ce que ces nouvelles applications sont gratuites ou demandent-t-elles un supplément financier ? Dans le dernier cas le prix sera  par conséquent affecté. Ensuite pour la distribution, certes le e-commerce fonctionne pour des produits comme des livres mais est-ce qu’on est en train de franchir un cap ou dans un domaine complexe comme la mode, pour des raisons évidentes, l’emplacement peut être résolu grâce à une série d’algorithmes avancés.

 

Aussi si dans les année à suivre la RA liée au prêt-à-porter fonctionne bien,  comment ces entreprises saisiraient de la communication pour faire la promotion. Peut-être les éloges de non seulement les produits mais aussi des applications feront partie de leurs messages publicitaires. Il faut comprendre tout de même que le produit, son prix et son accessibilité reste en premier plan. L’application reste un outil au service de la  communication du produit.

 

 

L’impact sur le management

 

Depuis bien longtemps, les entreprises sont troublées par rapport à  l’écart entre les avantages que permettent la technologie et ses solutions. Le e-commerce et plus spécifiquement la RA dans le domaine du prêt-à-porter permet des nouveaux atouts afin de pourvoir à ses fins. Grâce à la RA, on a la capacité d’intégrer des fonctions physiques que permet une entreprise  c’est-à-dire un facteur directe. Plus concrètement, le facteur immédiat entre produit et expérience de possession n’est plus un frein. Cela augmente la qualité du produit mis en valeur et vendu.  Il faut préciser que ces nouvelles possibilités ne sont dans la plupart des cas pas exploitées.

 

Impact sur l’employeur

 

Ces applications permettent de nouvelles opportunités de services comme la création de postes en programmation dans une entreprise. De nouveaux postes de haute qualité sont désormais possibles grâce à la RA concernant ce nouvel atout du e-commerce.

 

Impact sur les clients

 

Le e-commerce et les nouvelles applications de la RA amènent des nouvelles commodités pour les clients qui peuvent désormais rester à la maison en cherchant sur internet des produits de la mode. Néanmoins ces nouvelles applications manquent d’interaction humaines face à des gens qui préfèrent une connexion face-à-face.

 

Impact social

 

Le e-commerce et plus spécifiquement les applications liées à la mode ont un grand impact sur la société. La RA peut bientôt permette un lien encore plus vaste entre l’intelligence artificielle et les moyens traditionnels d’échanges de biens. Un nouveaux modèle économique est en train d’avancer et grâce à la RA et il évolue encore plus vite. Beaucoup de sondages montrent les effets positifs du e-commerce mais avec ces technologies intégrées dans le commerce il faut préciser que ce n’est pas tout-à fait une évolution sans répercussions.

 

C’est vrai, le e-commerce une fois établi est plus facile à gérer comparé à un magasin physique. Il n’y a pas de location à payer mais il y a beaucoup moins de contact entre le vendeur et le consommateur afin de convaincre et renseigner le client vers un produit demandé. Le fait de poser tout simplement des questions pour s’informer reste un point négatif des ventes sur internet.

 

2. La RA, supplémentaire ou réelle plus-value ?

 

Dans l’agitation et le mouvement des nouvelles technologies on peut se demander si la RA peut avoir une vrai utilité pour le e-commerce. On peut observer qu’il fait rêver mais quel potentiel représente-t-elle par exemple dans le monde de la mode ou du commerce. Est-ce que cela simplifie la vie ou la rend plus complexe ? Pour qu’elle puisse avoir une vraie utilité il faut qu’elle soit facilement maniable, qu’elle soit interactive et surtout qu’elle soit acceptée. D’après le directeur général de TBWA/Paris, Anthony Hamelle l’utilisation de la RA diffère de celle de la RV:

 

« La réalité virtuelle est plus adaptée à des offres de divertissement, de placement de produit […] qu’au e-commerce. A la réalité virtuelle le divertissement, et à la réalité augmentée l’amélioration du commerce et du travail. »

 

Au moment où nous sommes, la RA semble prendre le dessus sur la RV en commerce pour deux raisons : D’abord la RA est moins coûteuse à se mettre en place que la RV et aussi comme on vient de le dire, la RA apporte une plus-value pour les commerçants.

 

 

Avec la croissance de l’utilisation des Smartphones et aussi les progrès des technologies digitales, la précision de la RA s’est considérablement améliorée. A cause de cette meilleure qualité sa valeur-ajoutée a également augmentée en terme de communication. Si la RV est utilisée pour les jeux vidéo, la RA montre un outil important pour le commerce. Pour éclairer ce point, la RA a le grand potentiel de devenir une sérieuse aide au choix des consommateurs. Au lieu de d’acheter un produit sur internet ou de se déplacer vers le produit on peut désormais « essayer » les produits avec tout simplement nos tablettes ou smartphones.

Le premier à avoir essayé la RA comme aide aux achats,  fut le magasin de meubles Ikea. Cette marque sachant la difficulté d’imaginer comment les meubles sont chez soi, ont établi une application en lien avec leur catalogue afin de visualiser le mobilier dans les maisons des particuliers et ainsi éviter le regret d’un achat. La RA ici permet aux clients d’évaluer les dimensions dans le salon ou une chambre. Il permet aussi de voir si la couleur du meuble va avec le cadre. Cela fut en peu de temps adopté par d’autres magasins comme chez Castorama.

 

Pour la marque suédoise, les meubles une fois assemblés ou même déballés ne peuvent plus être remboursés. A cause de ce système, le client est moins enclin d’acheter. La solution c’était d’essayer le produit grâce à l’application mobile. La RA, on peut observer ici a pris une véritable valeur lucrative.

 

 

3. Le fonctionnement : Les étapes pour calculer la positon et la taille

 

L’une des femmes chercheurs à l’origine des nouvelles techniques de la RA liées à la mode est Florence Zara. Son premier objectif fut l’implémentation d’un tissu fixé sur deux points. Pour y arriver elle a appliqué des boucles d’animations dont un calcul des forces appliquées sur les particules. Sa simulation est passée par 8 étapes :

  1. Affichage de l'objet simulé
  2. Calcul des forces
  3. Calcul des accélérations
  4. Calcul des vitesses et des positions
  5. Animation du tissu
  6. Interaction avec l'utilisateur
  7. Déchirure
  8. Tombé de tissu

 

 

Partie III : La RA liée au prêt-à-porter

 

1. Ce que la RA peut nous apporter quant au prêt-à-porter

 

Face à des idées souvent sceptiques quant à l’aspect réel du produit par rapport à sa photo sur internet, des solutions ont été introduites. Pour des marques du prêt-à-porter des solutions simples et rapides ont vu le jour comme des retours de produits de manière gratuite. Certaines marques de lunettes ont proposé un système d’essai qui permet au client de recevoir 5 paires de lunettes et puis de les essayer pendant 5 jours. Ensuite le client garde seulement le modèle qu’il préfère et renvoie les quatre autres.  La RA semble être un dispositif supplémentaire virtuel d’aide au choix afin de convaincre des consommateurs hésitants.

 

Parmi les innovations liées à la technologie, la cabine d’essayage virtuelle semble être l’un des plus récentes et apporte peut-être la solution au taux élevé de retours sur des sites de ventes en ligne. Cette forme de RA a la possibilité de changer les manières de consommer. Le start-up Metail veut être en tête dans ce nouveau mouvement. Le PDG Tom Adeyoola l’a créé pour faciliter l’achat de sa petite amie dans le but de trouver des vêtement parfaitement adaptés sans consacrer la journée dans les cabines d’essayage.

 

Ce processus ce fait en créant un double du client en peu de temps à partir de deux photos et quelques informations physiologiques. La vision est qu’à travers le double, la personne peut essayer les vêtements sur leur silhouette. Tom Adeyoola souligne que le

 

« principal objectif [de Metail] est d’être le meilleur outil pour la visualisation de la morphologie des clients et de la coupe des vêtements ».

 

 

2. Le succès de la RA dans la mode

 

Cette technologie repose sur la RA car l’essayage virtuel en 3D  permet tout simplement à l’internaute de tester et voir un produit en le superposant à un environnement familier. D’autre compagnies comme True Fit aux Etat-Unis se sert aussi de la RA. Ce qui différencie Metail de ses concurrents c’est sa stratégie de partenariats avec des marques de mode. Ces services sont bien sûr payants pour les clients et les compagnies de mode. Néanmoins le leader de la cabine virtuelle est Fits.me qui lui, propose un système similaire mais avec un appui international. Cela facilite l’adaptation de l’outil au marché régional.

 

Similairement, le start-up française SweetFit, ont mis au point dans des magasins un miroir connecté qui depuis un catalogue virtuel permet aux clients d’essayer les tenues. L’objectif est de transformer le lieu de commerce non seulement en un lieu de transaction mais d’expérience. Cette expérience doit promouvoir la sociabilité, l’interactivité et la facilité. Ces points ont été scrutés durant la troisième édition des Fashion Tech Day l’année dernière dirigé par Grégory Maubon :

 

« Tout dispositif doit être pensé pour rendre service à l’utilisateur. Il ne faut surtout pas rendre l’expérience d’achat plus compliquée »

 

Sans parler directement de prêt-à-porter, l’effet « miroir augmenté » de chez l’Oréal pour tester des produits de cosmétiques a eu du succès. L’effet réaliste  de l’application peut même guider les clients à essayer des produits qu’ils n’achètent pas habituellement.  L’expérience dans ce cas semble simple et accessible. Pareillement, la RA semble prendre de l’ampleur dans le domaine optique ou l’essayage virtuel semble fonctionner efficacement.

 

 

Grâce à une application de RA le client peut essayer chez lui des lunettes en les positionnement à la bonne taille. On peut aussi les enregistrer afin de partager les photos avec des proches. Enfin si on désire en acheter une paire, on peut prendre une e-réservation ce qui permet une optimisation de temps des vendeurs et clients. Comme précise le pdg d’Affelou

 

“La prise de rendez-vous en ligne est une première. Le temps de vente moyen en magasin est de 90 minutes. Grâce à cette fonctionnalité, le client gagne du temps d’achat et l’opticien du temps de vente”

On voit bien les avantages d’une présélection grâce à la RA dans le domaine optique.

 

3. Quelques inconvénients et avantages de la RA liés à la mode

 

Les Inconvénients

 

Le facteur de simplification de ces nouvelles technologies peuvent s’affronter contre l’essence du prêt-à-porter. D’une part pour faciliter ce système de RA chaque vêtement devrait être photographié sous tous les angles mais cela semble prendre du temps alors que les grandes marques de mode comme Zara et H&M répondent au concept du « fast fashion » qui par définition crée des produits puis les livre en boutique en moins de 8 semaines avant leur conception. Cela laisse guère de temps pour les photographier afin de les préparer aux outils d’essayage en RA.

 

 

Avec le progrès rapide du marché des smartphones, le développement des applications mobiles sont essentielles pour un marketing réussi. Néanmoins, il y a beaucoup de compétition dans le domaine des applications mobiles. Comme avec d’autres services ce n’est plus facile de monopoliser le marché des applications. Ceci dit la vision de la RA liée au prêt-à-porter se montre comme très innovatrices maintenant mais bientôt, si ces applications réussissent, toutes les entreprise établiront des applications similaires ce qui banalisera encore la configuration.

 

Comme on a évoqué plus haut l’expérience physique avec un produit peut être considérée comme essentielle.  Même si on connait bien notre taille de chaussure on cherche à essayer les chaussures qui nous plaisent pour voir si elles nous conviennent vraiment car selon la marque et le modèle on peut trouver une marge de taille considérable. La même situation peut être autant plus vraie avec des vêtements. Avec des vêtements ce n’est pas simplement un cadre de face ou de profile qui compte mais la possibilité d’ajuster et de sentir si le produit est confortable, ce que la RA ne pourra jamais nous offrir.

 

Même un produit aussi banal qu’un chapeau peut paraître facile à gérer mais la réalité de facteurs en jeu montre toujours les limites de ce nouveau système d’achat. On doit donc insister sur le fait qu’il est difficile de juger la qualité d’un produit sans l’expérience physique. Le résultat est donc une incertitude du produit et du distributeur.

 

La solution semble être l’expérience qu’un client peut avoir avec un site en particulier afin de réduire le pourcentage de mécontentement. En effet si un client achète régulièrement  une même marque sur un site qui propose le miroir augmenté comme chez Amazon alors il sera en état de préciser ses demandes plus facilement.

 

 

Les Avantages

 

Comme on a explicité dans la première partie, le e-commerce nous permet de mieux gérer les stocks en termes de produits en magasin. Avec la RA on peut même aller plus loin. Comme exemple le magasin Nike sur le Champs-Elysées à Paris utilise un système de camera qui projette des couleurs différentes sur des modèles de chaussures. Cette stratégie de marketing donne le pourvoir aux clients de personnaliser leurs propres baskets et en même temps il réduit les stocks en boutique.

 

 

La solution à l’essayage des vêtements est peut-être le miroir augmenté de chez Amazon. Même si de nombreuses boutiques ont, avec des projecteurs et des écrans imbriqués par un série d’algorithmes, déjà installés des miroirs virtuels chez eux, le géant américain démarque par la simplicité de son fonctionnement.  La cliente peut désormais voir la robe qu’elle compte acheter comme si elle la portait réellement avec une vision à 360 degrés. Le nécessaire : seulement un miroir et puis soit un ordinateur, tablette ou smartphone. L’appareil émet une image qui se reflète dans le miroir. Pour les précisions, les dimensions du corps sont reconnues par l’application ce qui permet d’ajuster les vêtement à la bonne taille. Comme explique Amazon en soulignant cette technique avec un simple pull

 

«  L’image du pull peut être ajustée pour s’adapter au corps de l’utilisateur en ajustant la taille du pull selon une analyse des images du corps de l’utilisateur acquises avec une ou plusieurs caméras »

 

 

 

 

 

 

 

4. La situation actuelle : une évolution plus qu’une révolution

 

Pour faire un bilan de la situation actuelle, il faut comprendre où nous en sommes maintenant. La RA reste un dispositif nouveau et donc que ce soit dans la domaine médical ou commercial, il n’est toujours pas intégré comme service de manière efficace. On a pu constater de nombreuses initiatives liées au prêt-à-porter ses dernières années mais ils n’ont pas tous réussi. Même les miroirs augmentés d’Amazon n’ont pas était suffisamment efficaces pour le moment pour être commercialisés. Certes cela a éveillé plus de curiosité mais les gens en se déplaçant cherche toujours une expérience concrète avec les produits. Pour que cette évolution bouleverse véritablement, il faut voir une augmentation significative du e-commerce afin qu’il se rapproche de la réalité du commerce. Aussi comme l’affirme le CEO de l’agence Disko, Davy Tessier,

 

« Une révolution pour le e-commerce impliquerait que les robots fassent les choses à notre place. L’essayage 3D est utile si l’expérience est bonne, mais il serait plus intelligent d’y ajouter un robot qui vous dira quel ton vous convient. »

 

On peut tout de même voir comment la RA est plus crédible directement via l’ordinateur ou un smartphone. Dans ces cas comme le produit et hors de porté, il représente une situation fructueuse à exploiter pour cette nouvelle technologie. Avec des tests, grâce à des applications d’essayages virtuels, le produit pourrait être acheté plus facilement que s’il est commandé sans une expérience quelconque avec le produit.

 

L’objectif dans les années qui suit sera que son potentiel soit exploité d’avantage et pour y parvenir il faut donc que la RA continue de faire partie de notre curiosité quotidienne. Cela inciterai les chercheurs à continuer à creuser dans ce domaine afin que l’expérience digitale se rapproche d’une expérience réelle. Enfin les évaluations des clients guideront les recherches et les avancements de manière positive.

 

Conclusion :

 

On a pu voir dans ce rapport les nouveaux enjeux du marketing en s’appuyant sur la RA liée au prêt-à-porter. Comme par essence le marketing doit travailler à une constante adaptation des attentes des clients, des stratégies des concurrents et puis à l’évolution de la société en général, il est normale que la haute technologie soit intégrée comme un facteur de poids.

 

On peut dire que la RA est peut-être en train de conditionner et de former une nouvelle compétence d’achat et donc un nouveau marché d’acheteurs. Cependant il est toujours à un stade en évolution. Dans un cadre où l’achat en ligne se fait majoritairement à partir d’un smartphone ou tablette, la RA liée au prêt-à-porter semble particulièrement adaptée.

 

Je pense que ce phénomène tout de même reste pour le moment un simple supplément pour le prêt-à-porter alors qu’il semble faciliter le choix dans des domaines comme pour le cosmétique ou l’optique. Pour qu’il ait un plus grand impacte, seulement le temps sera juge. Néanmoins on doit pendant ce  temps chercher une certaine masse critique, ce qui n’est pas le cas maintenant. Cette approche cependant se distingue avec le passé et à présent elle représente un projet pour l’avenir. Pour qu’une entreprises atteigne une bonne campagne de marketing elle doit avoir recours à de nombreuses stratégies qui aideront à former un fort projet de communication sur internet et en magasin, ce qui est l’objectif ici.

 

Le prêt-à-porter est synonyme de changement. Il semble donc normal que la RA soit intégrée comme outil de marketing car elle est en marche avec les exigences d’un marché en mouvement. Ces entreprises de marques de vêtement sachant l’importance des désirs et de l’efficacité de l’expérience d’un produit ont encore une fois pu anticiper une nouvelle aspiration: la RA liée au prêt-à-porter.

 

Ressources :

 

Zara, Florance. Animation par modèles physiques.

https://perso.liris.cnrs.fr/florence.zara/Wiki/doku.php?id=m1-tissu

Consulté le 5 février 2018. Article d’un site d’information.

 

Sebirot, Sophie. Virtuelle et augmentée, les réalités multiples du e-commerce.

https://www.lenouveleconomiste.fr/lesdossiers/virtuelle-et-augmentee-les-realites-multiples-du-e-commerce-61110/

Consulté le 5 février 2018. Article d’un site d’économie.

 

YouTube, La réalité augmentée et la mode et le vêtement en vidéo.

https://www.youtube.com/watch?v=HjJ1gxj7dao

Consulté le 7 février 2018. Vidéo explicative.

 

Houser, Kristin. La passion pour la mode stimule les tendances de réalité augmentée et de réalité virtuelle.

https://iq.intel.fr/la-passion-pour-la-mode-stimule-les-tendances-de-realite-augmentee-et-de-realite-virtuelle/

Consulté le 8 février 2018. Site de mode.

 

Encyclopedia, Wikipedia. Le e-commerce.

https://en.wikipedia.org/wiki/E-commerce

Consulté le 10 février 2018. Site d’encyclopédie.

 

Encyclopédie, Wikipedia. Mobile Marketing.

https://en.wikipedia.org/wiki/Mobile_marketing

Consulté le 10 février 2018. Site d’encyclopédie

 

Le Digital Post. Réalité augmentée, quel usage pour les marques?

http://digitalpost.ddb.fr/realite-augmentee-quel-usage-pour-les-marques/

Consulté le 15 février 2018. Site d’information.

 

Deslande, Marion. Fashion Tech Days: la réalité augmentée à l’épreuve de la mode.

http://fr.fashionnetwork.com/news/Fashion-Tech-Days-la-realite-augmentee-a-l-epreuve-de-la-mode,883617.html#.WpmO_-jOVPZ

Consulté le 17 février 2018. Site de mode explicative.

 

Welker,X. Le e-commerce : limites, avantages et risques.

http://e-commerce-lml.e-monsite.com/pages/developpement-du-e-commerce.html

Consulté le 24 février 2018. Blog sur le e-commerce.

 

Garcia, Ignacio. Is machine translation ready yet?

https://benjamins.com/#catalog/journals/target.22.1.02gar/details

Consulté le 27 février 2018. Article universitaire.

 

Scifo, Gullaume. Le miroir augmenté permet les projections à la manière d’une vitre.

https://atelier.bnpparibas/smart-city/article/miroir-augmente-permet-projections-maniere-une-vitre

Consulté le 2 mars 2018. Article de l’atelier BNP Paribas.

 

Sali, Karim. Le miroir augmenté d’Amazon pour conquérir le marché de la mode.

http://www.lechommerces.fr/miroir-augmente-amazon-marche-mode/

Consulté le 4 mars 2018. Article d’économie.

 

Bergounhoux, Julian. Réalité augmenté et commerce : Cinq démonstrations qui donnent un apérçu du futur.

https://www.usine-digitale.fr/article/realite-augmentee-et-commerce-cinq-demonstrations-qui-donnent-un-apercu-du-futur.N434957

Consulté le 4 mars 2018. Article de technologie.

 

Garoscio, Paolo. Amazon: un miroir augmenté pour essayer les vêtements?

http://www.clubic.com/realite-augmentee/actualite-841070-amazon-miroir-augmente-essayer-vetements.html

Consulté le 7 mars 2018. Article de technologie.

 

______________________________________________________________

 

[1] Une théorie qui présente les effets des technologies de l’information face à l’efficacité d’une organisation ou entreprise.

[2] Un modèle de marketing opérationnel inventé en 1960 par Edmund Jerome McCarty

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire