Les réseaux de téléphonie mobile

 

 

IDLabs

 

 

Les reseaux de telephonie

mobile

 

 

 

Sommaire :

 

 

 

  • Introduction : Généralités

 

  1. Explication des différentes bases téléphonique mobile
  2. Les effets lors d’un appel avec un téléphone mobile
  3. Qu’est-ce qu’une antennes relais de téléphonie mobile
  4. La topographie et les contraintes physique

 

  1. Le cœur du réseau de téléphonie mobile
  2. Les capacités des cellules d’un réseau mobile
  3. Allocation des canaux de fréquences radio
  4. Leurs fonctionnements lors de déplacements

 

  • Approfondissent des réseaux téléphoniques
  1. Le rôle d’une antenne relais des tours cellulaires et PCS
  2. Les différents types de réseaux mobiles
  3. Les réseaux mobiles sont-ils sur ?

 

 

  • Conclusion: Ouverture

 

 

 

 

 

 

Les Téléphones mobiles fonctionnent en envoyant et en recevant des signaux radio de faible puissance.

 

 

Les téléphones mobiles fonctionnent en envoyant et en recevant des signaux radio de faible puissance. Les signaux envoyés vont ensuite être reçu à l’aide des antennes d’émetteurs-récepteurs radio (Equipement électronique combinant un récepteur et un émetteur qui partagent des circuits communs), couramment appelées antennes relais de téléphonie mobile. Les antennes relais sont reliées aux réseaux de téléphonie mobile et de fixe et acheminent les communications vers ces réseaux.

 

Pour fournir une réception de bonne qualité, les antennes relais doivent être situées près des utilisateurs de téléphones mobiles. Un réseau de téléphonie mobile et généralement conçu selon un modèle de « réseau cellulaire » couvrant une zone géographique. Les antennes relais sont placées au centre de chaque cellule ou a la jonction d’un groupe de cellules. Le nombre d’antennes relais requis pour une zone donnée dépend du terrain (Topographie et contraintes physique) et du nombre de personnes utilisant un téléphone mobile.

 

La capacité des réseaux téléphonique mobile est limitée, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent gérer plus d’un certain nombre d’appel simultanés. Plus le nombre de personnes utilisant un téléphone mobile est important, plus la capacité sollicitée est importante. Cela implique généralement d’installer un plus grand nombre d’antennes relais dans la zone concernée. Les réseaux de téléphonie mobile doivent être conçus en fonction de la population locale et du nombre de personnes (plus ou moins élevée) qui utilisent le réseaux.

 

Les téléphones mobiles et les antennes relais sont conçus en conformité avec les directives de sécurité rigoureuses recommandées par l’Organisation mondiale de la sante.

 

 

 

 

  1. Tout d’abord, le téléphone vérifie la couverture de la zone où l’appel est émis. Après avoir vérifié que la force du signal est suffisante pour passer l’appel, le téléphone établit une connexion avec une antenne relais proche. Cette antenne relais établit ensuite la communication et maintient la connexion tant que l’utilisateur est en ligne et à portée de cette antenne relais.

 

 

Une antenne relais de téléphonie mobile assure la couverture dans une zone géographique appelée « cellule ». Les cellules sont alignées les unes à côté des autres selon un modèle similaire à un nid d’abeilles, c’est pour cette raison que les réseaux de téléphonie mobile sont aussi appelés réseaux « cellulaires ».

 

L’emplacement de l’antenne relais de la cellule est déterminé par un certain nombre de facteurs, notamment la topographie et d’autres contraintes physiques telles que les arbres et les immeubles, la « capacité » de la cellule, c’est-à-dire le nombre d’appels estimé dans la cellule, et la fréquence radio sur laquelle l’antenne relais va fonctionner.

 

Voici l’exemple d’une antenne relais :

 

 

 

 

 

Par définition, un téléphone mobile doit être à portée d’une antenne relais. En d’autres termes, le signal radio émis du téléphone vers l’antenne relais doit être ininterrompu. Les collines, les arbres et les grands immeubles peuvent masquer la vue directe, il faut donc être vigilant sur l’emplacement des antennes relais afin d’optimiser leur couverture.

 

 

 

 

 

  1. Chaque antenne relais ne peut retransmettre qu’un nombre donné d’appels. Dans les zones où de nombreux téléphones mobiles sont utilisés, comme les centres villes et les zones à forte densité de population, il faut davantage d’antennes relais pour gérer les flux d’appels. Dans les zones de forte utilisation, on trouve souvent plusieurs antennes relais, des solutions très spécifiques à l’intérieur des bâtiments (conçues pour fournir une couverture de qualité dans un bâtiment particulier) et de très petites antennes relais couvrant des « microcellules ». Les microcellules couvrent une zone géographique réduite et on les trouve souvent aux carrefours et dans les zones à fort trafic piétonnier.

 

En zones rurales, ou dans les zones où l’utilisation de téléphones mobiles est moins importante, les antennes relais sont souvent situées sur des collines ou de grandes structures afin d’optimiser la couverture de la zone.

 

 

 

 

Chaque antenne relais comporte un certain nombre de canaux radio, ou fréquences, pour communiquer avec les téléphones mobiles. Ce nombre de fréquences étant limité, les fréquences sont souvent réutilisées dans les cellules voisines. On y parvient en réduisant la puissance de l’antenne relais pour s’assurer qu’il n’y a pas de chevauchement de couverture entre les cellules ou que celui-ci est minime.

 

 

 

Nous sommes donc en droit de nous demander comment cela fonctionne-t-il lorsque nous nous déplaçons, et bien les appels peuvent être transférés d’une antenne relais à une autre. Lorsque vous vous éloignez de la cellule, le téléphone cherche automatiquement le signal d’une antenne relais à proximité. En général, la transition ou « handover » de cellule à cellule s’effectue sans problème. Pendant toute la durée de l’appel, le téléphone peut passer plusieurs fois d’une antenne à une autre. S’il n’y a pas d’antenne relais à proximité, par exemple à la limite d’un réseau mobile, l’appel est interrompu.

 

 

 

  • Les services de radiocommunication cellulaire sans fil transmettent des fréquences comprises entre 824 et 894 mégahertz (MHz). Les émetteurs du service de communications personnelles (PCS) utilisent des fréquences comprises entre 1850 et 1990 MHz. Plus récemment, des services sans fil évolués ont été introduits ou sont en train d'être introduits pour émettre à des fréquences comprises dans les gammes de fréquences 600, 700, 800, 1695-1780, 1915-1920, 1995-2020, 2110-2200 MHz. Les antennes utilisées pour les transmissions cellulaires et PCS sont généralement situées sur des tours, des réservoirs d'eau ou d'autres structures surélevées, y compris les toits et les côtés des bâtiments. La combinaison d'antennes et d'équipement électronique associé est appelée "station de base" cellulaire ou PCS ou "site cellulaire". Les hauteurs typiques pour les tours de station de base autoportantes ou les structures sont de 50 à 200 pieds. Une station de base cellulaire peut utiliser plusieurs "

 

Dans les zones urbaines et suburbaines, les fournisseurs de services cellulaires et SCP utilisent couramment des antennes «sectorielles» pour leurs stations de base. Ces antennes sont des panneaux rectangulaires, par exemple d’environ 1 par 4 pieds, généralement montés sur un toit ou une autre structure, mais ils sont également montés sur des tours ou des poteaux. Les antennes à panneaux sont généralement disposées en trois groupes de trois chacun. Il est courant que toutes les antennes ne soient pas utilisées pour la transmission de l'énergie RF; certaines antennes peuvent être reçues uniquement.

 

Sur un site cellulaire donné, la puissance RF totale pouvant être rayonnée par les antennes dépend du nombre de canaux radio (émetteurs) installés, de la puissance de chaque émetteur et du type d'antenne. Bien qu'il soit théoriquement possible que les sites cellulaires rayonnent à des niveaux de puissance très élevés, la puissance maximale rayonnée dans toutes les directions ne dépasse généralement pas 500 watts.

 

Les émissions RF provenant des antennes de stations de base cellulaires ou PCS sont généralement dirigées vers l'horizon selon un motif relativement étroit dans le plan vertical. Dans le cas d'antennes sectorielles (panneau), le motif est en forme d'éventail, comme un coin coupé d'une tarte. Comme pour toutes les formes d'énergie électromagnétique, la densité de puissance de l'antenne diminue rapidement lorsque l'on s'éloigne de l'antenne. Par conséquent, les expositions au sol sont beaucoup moins importantes que les expositions si l'on se trouvait à la même hauteur et directement devant l'antenne.

 

Les mesures effectuées à proximité d'installations cellulaires et PCS typiques, en particulier celles dotées d'antennes montées sur des tours, ont montré que les densités de puissance au sol sont de centaines à des milliers de fois inférieures aux limites d'exposition sécurisée de la FCC. Cela rend extrêmement improbable qu'un membre du grand public puisse être exposé à des niveaux de RF dépassant les directives de la FCC uniquement en raison d'antennes de stations de base cellulaires ou PCS situées sur des tours ou des monopôles.

 

Lorsque les antennes cellulaires et PCS sont montées sur les toits, il est possible qu'une personne puisse rencontrer des niveaux RF supérieurs à ceux habituellement rencontrés sur le sol. Cependant, encore une fois, les expositions approchant ou dépassant les consignes de sécurité sont susceptibles d'être rencontrées très près et directement devant les antennes. Pour les antennes de type secteur, les niveaux RF à l'arrière sont généralement très faibles.

 

 

L’antenne relais achemine l’appel vers le réseau fixe. Selon le type d’appel, il sera dirigé vers un autre téléphone mobile ou vers un téléphone fixe. Une antenne relais est constituée d’antennes reliées par des câbles à un équipement électronique (radio), généralement logé dans une pièce ou une armoire. Certaines antennes relais sont équipées d’antennes paraboliques (en forme d’assiette) qui relient l’antenne relais au reste du réseau mobile.

 

 

 

 

Il existe différents types de réseaux mobiles que l’on peut capter selon l’endroit où nous nous trouvons. Selon le type de réseau, déterminé par le type d’antenne à laquelle on est connecté et selon le type de terminal que l'on utilise, la connexion permettra un accès plus ou moins riche, allant de la téléphonie vocale au traitement de données à plus ou moins haut débit. Ainsi, l'accès à Internet sur son smartphone (et autres ordinateurs portable et tablettes…) sera possible et plus ou moins de bonne qualité et performant, selon le type de réseau auquel on est connecté. Le type de réseau, c’est-à-dire sa génération ("G" comme génération), va en effet déterminer la vitesse de chargement d’une page web, la vitesse de transfert de données telles que des photos ou vidéos mais aussi la qualité des communications échangées. On a ainsi connu depuis successivement 30 ans, la 1G, puis la 2G, la 3G et maintenant la 4G.

 

Dans le jargon des télécoms, l'unité de mesure de débit est le kilobits par seconde (kbps) et désormais on utilise plutôt le megabits par secondes (Mbps). 1Mbps = 1000kbps.

 

Le type de réseau auquel on est connecté est représenté sur son écran de téléphone par différents sigles. Les plus connus sont :

 

G pour GPRS (General Packet Radio Service): cette norme, généralement appelée 2.5G, autorise les transferts de données par paquets, avec des débits théoriques maximums de 171kbps (entre 40 kbps et 50kbps en pratique), ce qui est considéré aujourd'hui comme "très lent"... Le GPRS est le balbutiement de l’internet mobile.

 

E pour EDGE (Enhanced Data Rates for GSM Evolution) : cette norme, appelée 2.75G permet d’augmenter les débits de téléchargements. Il est possible avec cette norme de passer des appels, envoyer des messages et des mails, mais sans photos. Son débit maximum théorique peut atteindre les 384kbps (entre 64kbps et 100kbps en pratique).

 

3G : la 3G est la troisième génération de réseaux mobiles. Parfois affiché UMTS (Universal Mobile Télécommunications System), ce standard permet d’utiliser son internet mobile pour à peu près tout : mails, vidéos, surf, photo. Son débit moyen est de l’ordre d’1.2Mbps.

 

H pour HSPA (High Speed Packet Access) est l’évolution de la 3G : c’est ce qu’on appelle la 3G+. Son débit maximum théorique atteint les 14.4Mbps, ce qui permet de rendre plus acceptable pour le maubinaute d'aujourd'hui le temps de chargement d’une vidéo de qualité.

 

H+ pour HSPA+ (High Speed Packet Access+): c’est ce qu’on appelle la

3G++. Son débit maximum théorique atteint les 21Mbps.

 

H+ DC pour HSPA+ DC (Dual Carrier ou Dual Cell High Speed Packet Access+): son débit maximum théorique atteint les 42Mbps. Avec ce réseau, il est possible de surfer de manière plus fluide, télécharger des applications, des pièces jointes, des photos et de regarder la TV et des vidéos en haute qualité.

4G ou LTE (Long Term Evolution) : le LTE correspond à la 4G, c’est la 4ème génération des standards pour la téléphonie mobile. Elle permet le très haut débit mobile puisque son débit maximum théorique atteint le 150Mbps.

 

4G+ ou LTE advenced (Long Term Evolution advenced): cela correspond à la 4G+. Ce standard permet un débit maximum théorique de 1Gbps, ce qui est très rapide. En outre, cette technologie permet de cumuler les fréquences afin d'en augmenter les débits (jusqu'à 230 Mbps avec 2 fréquences et 350 Mbps avec les 3 fréquences).

Attention néanmoins ! Il ne suffit pas d’avoir une offre 4G pour avoir de la 4G sur son terminal ! Pour obtenir la 4G sur son terminal, il faut non seulement avoir souscrit à une offre 4G, mais aussi avoir un terminal compatible 4G et bien sûr, être sous couverture 4G. Si ces trois critères sont réunis, un sigle 4G sera présent sur l’écran d’accueil de son mobile.

 

 

 

 

 

LES TOURS RADIO CELLULAIRES ET AUTRES SONT-ILS SITUÉS PRÈS DES MAISONS OU DES ÉCOLES SÛRES POUR LES RÉSIDENTS ET LES ÉLÈVES ?

Comme indiqué ci-dessus, les émissions de radiofréquences provenant des antennes utilisées pour les transmissions cellulaires et PCS entraînent des niveaux d'exposition au sol qui sont généralement des milliers de fois inférieurs aux limites de sécurité. Ces limites de sécurité ont été adoptées par la FCC sur la base des recommandations des organisations d'experts et approuvées par les agences du gouvernement fédéral chargées de la santé et de la sécurité. Par conséquent, il n'y a aucune raison de croire que de telles tours pourraient constituer un danger potentiel pour la santé des résidents ou des étudiants à proximité.

D'autres antennes, telles que celles utilisées pour les transmissions radio et télévision, utilisent des niveaux de puissance généralement beaucoup plus élevés que ceux utilisés pour les antennes cellulaires et PCS. Par conséquent, dans certains cas, il pourrait y avoir des niveaux plus élevés d'exposition aux personnes sur le terrain. Cependant, toutes les stations de radiodiffusion doivent démontrer qu'elles se conforment aux directives de sécurité de la FCC, et les expositions ambiantes aux personnes proches de ces stations sont généralement bien en deçà des limites de sécurité de la FCC.

 

LES ÉMISSIONS DES ANTENNES DE RADIODIFFUSION ET DE TÉLÉVISION SONT-ELLES SÛRES ?

Les stations de radio et de télévision transmettent leurs signaux par ondes électromagnétiques RF. Il y a des milliers de stations de radio et de télévision en ondes aux États-Unis. Les stations de radiodiffusion émettent à diverses fréquences RF, selon le canal, allant d'environ 540 kHz pour la radio AM jusqu'à environ 700 MHz pour les stations de télévision UHF. Les fréquences pour la radio FM et la télévision VHF se situent entre ces deux extrêmes. Les niveaux de puissance des émetteurs de radiodiffusion vont de moins d'un watt à plus de 100 000 watts. Certains de ces systèmes de transmission peuvent être une source importante d'énergie RF dans l'environnement local, de sorte que la FCC exige que les stations de diffusion soumettent des preuves de conformité aux directives RF de la FCC.

La quantité d'énergie RF à laquelle le public ou les travailleurs peuvent être exposés à la suite d'antennes de radiodiffusion dépend de plusieurs facteurs, notamment le type de station, les caractéristiques de conception de l'antenne utilisée, la puissance transmise à l'antenne et distance de l'antenne. Notez que la puissance normalement indiquée pour les émetteurs de diffusion FM et TV est la "puissance apparente rayonnée" ou ERP qui n'est pas la puissance d'émission réelle mentionnée ci-dessus. L'ERP est la puissance d'émission délivrée à l'antenne multipliée par la directivité ou le gain de l'antenne. Puisque les antennes à gain élevé dirigent la plus grande partie de l'énergie RF vers l'horizon et non vers le sol, Les systèmes de transmission ERP élevés tels que ceux utilisés pour la diffusion UHF-TV tendent à avoir moins d'intensité de champ au sol près de la station que les systèmes de diffusion radio FM avec des valeurs ERP et de gain plus faibles. En outre, étant donné que l'énergie à certaines fréquences est absorbée par le corps humain plus facilement qu'à d'autres fréquences, la fréquence du signal transmis et son intensité sont toutes deux importantes. Des calculs peuvent être effectués pour prédire quels niveaux d'intensité de champ existeraient à différentes distances d'une antenne.

 

À quel point les antennes à micro-ondes et par satellite sont-elles sécuritaires ?

Les antennes micro-ondes point à point transmettent et reçoivent des signaux micro-ondes sur des distances relativement courtes (de quelques dixièmes de mile à 30 miles ou plus). Ces antennes sont généralement de forme circulaire ou rectangulaires et sont normalement montées sur une tour de support, sur le toit, sur les côtés des bâtiments ou sur des structures similaires qui offrent des trajectoires de visibilité claires et non obstruées entre les deux extrémités d'un chemin de transmission. Ces antennes ont diverses utilisations, telles que le relais d'appels téléphoniques interurbains et servent de liens entre des studios de diffusion et des sites d'émission.

Les signaux RF provenant de ces antennes circulent dans un faisceau dirigé d'une antenne d'émission à l'antenne de réception, et la dispersion de l'énergie micro-ondes à l'extérieur de ce faisceau étroit est minimale ou insignifiante. De plus, ces antennes transmettent en utilisant des niveaux de puissance très faibles, généralement de l'ordre de quelques watts ou moins. Les mesures ont montré que les densités de puissance au niveau du sol dues aux antennes directionnelles micro-ondes sont normalement des milliers de fois ou plus inférieures aux limites de sécurité recommandées. De plus, les sites de tours à micro-ondes sont normalement inaccessibles au grand public. Les expositions importantes de ces antennes ne peuvent se produire que dans le cas improbable où un individu se trouverait directement devant et très près d'une antenne pendant un certain temps.

Les antennes au sol utilisées pour les communications satellite-terre sont généralement des antennes paraboliques, dont certaines mesurent entre 10 et 30 mètres de diamètre, qui servent à transmettre ou à recevoir des signaux micro-ondes descendants vers ou depuis des satellites en orbite terrestre. Ces signaux permettent la prestation de divers services de communication, y compris la programmation de réseaux de télévision, la collecte de nouvelles électroniques et les transactions par carte de crédit au point de vente. Certaines antennes de station terrienne par satellite ne sont utilisées que pour recevoir les signaux RF ( c'est-à-dire , comme l'antenne de télévision par satellite utilisée dans une résidence) et parce qu'elles ne transmettent pas, l'exposition RF n'est pas un problème pour ces antennes.

Étant donné que les antennes de la station terrienne par satellite sont dirigées vers des satellites au-dessus de la Terre, les faisceaux transmis pointent vers le ciel selon différents angles d'inclinaison, en fonction du satellite particulier utilisé. En raison des distances plus longues, les niveaux de puissance utilisés pour transmettre ces signaux sont relativement élevés lorsqu'on les compare, par exemple, à ceux utilisés par les antennes point à point hertziennes terrestres discutées ci-dessus. Cependant, comme pour les antennes à micro-ondes, les faisceaux utilisés pour la transmission des signaux de la Terre vers le satellite sont concentrés et très directionnels, comme le faisceau d'une lampe de poche. En outre, l'accès du public serait normalement limité sur les sites de liaison montante où les niveaux d'exposition pourraient approcher ou dépasser les limites de sécurité.

Bien que de nombreuses stations terriennes satellites soient des sites fixes, des antennes de liaison montante portables sont également utilisées, par exemple pour la collecte de nouvelles électroniques. Ces antennes peuvent être déployées dans divers endroits. Par conséquent, des précautions peuvent être nécessaires, comme restreindre temporairement l'accès à proximité de l'antenne, pour éviter l'exposition au faisceau principal transmis. En général, toutefois, il est peu probable qu'une antenne de station terrienne émettrice expose systématiquement les membres du public à des niveaux d'énergie RF potentiellement dangereux.

 

 

LES ÉMISSIONS RF DES STATIONS RADIO AMATEUR SONT-ELLES NOCIVES ?

Il y a des centaines de milliers d'opérateurs de radio amateur dans le monde entier. Les opérateurs de radio amateur aux États-Unis sont agréés par la FCC. Le service de radioamateur offre à ses membres la possibilité de communiquer avec des personnes du monde entier et de fournir des fonctions de service public utiles, telles que la mise à disposition de services de communication lors de catastrophes et d'urgences. Comme tous les licenciés de la FCC, les opérateurs radio amateurs sont tenus de se conformer aux directives de la FCC pour une exposition humaine sûre aux champs RF. Selon les règles de la FCC, les opérateurs amateurs peuvent transmettre avec des niveaux de puissance allant jusqu'à 1500 watts. Cependant, la plupart des opérateurs utilisent considérablement moins de puissance que ce maximum. Des études menées par la FCC et d'autres ont montré que la plupart des émetteurs radios amateurs n'exposent normalement pas les personnes à des niveaux de RF dépassant les limites de sécurité. Ceci est principalement dû aux puissances de fonctionnement relativement faibles utilisées par la plupart des amateurs, aux caractéristiques de transmission intermittente typiquement utilisées et à l'inaccessibilité relative de la plupart des antennes d'amateur. Tant que des distances appropriées sont maintenues par rapport aux antennes d'amateur, l'exposition des personnes proches devrait se situer bien au-dessous des limites de sécurité.

Afin d'assurer la conformité des installations radioamateurs avec les directives d'exposition aux radiofréquences, la FCC et l'American Radio Relay League (ARRL) ont publié des publications pour aider les opérateurs à évaluer la conformité de leurs stations.

 

 

 

 

 

 

 

Conclusion :

 

Les réseaux mobiles sont devenus l'épine dorsale des télécommunications ces dernières années, avec l'adoption généralisée des téléphones portables, tablettes et autres appareils mobiles. Les technologies qui alimentent les réseaux continuent d'évoluer et de progresser avec l'équipement que les consommateurs utilisent pour se connecter avec eux.

Un réseau de cellules connectées

Les réseaux mobiles sont également connus sous le nom de réseaux cellulaires. Ils sont constitués de "cellules" qui se connectent les unes aux autres et à des commutateurs téléphoniques ou des échanges.

Ces cellules sont des zones de terrain typiquement hexagonales, possèdent au moins un émetteur-récepteur et utilisent diverses fréquences radio. Ces émetteurs-récepteurs sont les tours de téléphonie cellulaire qui sont devenues omniprésentes dans notre monde électroniquement connecté. Ils se connectent les uns aux autres pour transmettre des paquets de signaux (données, voix et texte) et, en fin de compte, transmettre ces signaux à des appareils mobiles tels que des téléphones et des tablettes qui agissent comme des récepteurs. Les fournisseurs utilisent les tours des uns et des autres dans de nombreux domaines, créant ainsi un site Web complexe offrant la plus large couverture possible aux abonnés.

Fréquences

Les fréquences des réseaux mobiles peuvent être utilisées par de nombreux abonnés au réseau en même temps. Les sites de tours cellulaires et les appareils mobiles manipulent les fréquences de sorte qu'ils peuvent utiliser des émetteurs de faible puissance pour fournir leurs services avec le moins d'interférences Types de réseaux mobiles

Différents types de technologies mobiles sont utilisés pour fournir des services de réseau mobile aux utilisateurs. Les grands fournisseurs de services varient quant à leur utilisation, de sorte que les appareils mobiles sont généralement conçus pour utiliser la technologie du transporteur prévu.

Les téléphones GSM ne fonctionnent pas sur les réseaux CDMA, et vice versa.

Les systèmes radio les plus couramment utilisés sont les systèmes GSM (système mondial de communication mobile) et CDMA (accès multiple par répartition en code). En septembre 2017, Verizon, Sprint et US Cellular utilisent CDMA. AT & T, T-Mobile et la plupart des autres fournisseurs dans le monde utilisent le GSM, ce qui en fait la technologie de réseau mobile la plus utilisée. LTE (Long-Term Evolution) est basé sur le GSM et offre une plus grande capacité et vitesse du réseau.

Quels sont les meilleurs: réseaux mobiles GSM ou CDMA?

La réception du signal, la qualité de l'appel et la vitesse dépendent de nombreux facteurs. L'emplacement, le fournisseur de services et l'équipement de l'utilisateur jouent tous un rôle. GSM et CDMA ne diffèrent pas beaucoup sur la qualité, mais la façon dont ils fonctionnent.

Du point de vue du consommateur, le GSM est plus pratique car un téléphone GSM transporte toutes les données du client sur une carte SIM amovible ; Pour changer de téléphone, le client échange simplement la carte SIM contre le nouveau téléphone GSM et se connecte au réseau GSM du fournisseur. Un réseau GSM doit accepter tout téléphone compatible GSM, laissant aux consommateurs un peu de liberté sur leurs choix d'équipement.

Les téléphones CDMA, d'autre part, ne sont pas aussi facilement échangés. Les opérateurs identifient les abonnés sur la base des « listes blanches», et non des cartes SIM, et seuls les téléphones approuvés sont autorisés sur leurs réseaux.

Certains téléphones CDMA ont des cartes SIM, mais ils sont destinés à la connexion aux réseaux LTE ou à la flexibilité lorsque le téléphone est utilisé en dehors des États-Unis. Le GSM n'était pas disponible au milieu des années 1990 lorsque certains réseaux passaient de l'analogique au numérique. Ils se sont enfermés dans CDMA-à l'époque, la technologie de réseau mobile la plus avancée.

 

 

 

 

 

 

INDEX:

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *