Présentation du Knowledge Graph de Google

 

Table des matières

Introduction

Présentation du Knowledge Graph

  1. Visualisation
  2. Fonctionnalités
  3. API

Utilité de Knowledge

  1. Intéret
  2. Avantages
  3. Limites

Conclusion

Webographie

 

******************

 

Introduction

 

Google est une entreprise américaine créée en 1998 par Larry Page et Sergueï Brin. Elle se situe en Californie, dans la Silicon Valley et est une société de services technologiques. Les deux fondateurs de cette dernière sont aussi les créateurs du moteur de recherche Google.

Sa mission, d’après ses inventeurs est « d'organiser l'information à l'échelle mondiale et de la rendre universellement accessible et utile » et pour se faire Google à conquit le marché du web en rachetant petit à petit des sites tel que la plateforme YouTube ou encore des applications tel qu’Android. De plus, elle a étendu son pouvoir en développant des extensions tels que Google Earth (logiciel de photographies aériennes ou satellitaires), Google Maps (logiciel de cartographie) ou encore google Musique (logiciel d’écoute de musique ou téléchargement de celle-ci). Elle possède aussi son propre serveur SMTP (serveurs mail : gmail.com).

Son revenu est basé principalement sur les publicités.

Afin de facilité la vie aux utilisateurs du moteur de recherche, Google ne cesse de faire des logiciel de plus en plus performant et optimisé. C’est le cas avec le Google Knowledge Graph.

A quoi sert donc Knowledge Graph ?

Nous verrons dans un premier temps la présentation du Knowledge Graph. Puis par la suite son utilité avec ses avantages et limites.

******************

Présentation du Knowledge Graph

Créé par l’entreprise du célèbre moteur de recherche Google et sorti en mai 2012 dans les pays anglophones et le 5 décembre 2012 en France, le Knowledge Graph ou aussi dit Graphe de la connaissance/savoir est une fonctionnalité nouvelle qui permet de mettre en commun toutes les recherches associées à un « thème » puis de récapituler les informations principales relatives à la demande de l’internaute afin de faciliter les recherches.

L'objectif du Knowledge Graph, ou graphe de la connaissance, est de proposer une réponse structurée correspondant à la recherche de l'utilisateur, plutôt que de simples liens vers des sites comme le font traditionnellement les moteurs.

Knowledge permet donc une affiche plus structurée et claire grâce à la méthode d’ontologie.

 

******

1.Visualisation

En générale lorsque nous voulons effectuer une recherche, les moteurs nous renvoient généralement vers une liste de résultats organisés le plus souvent par ordre de pertinence. Cela peut être fastidieux de cliquer sans cesse sur les liens qui se présentent afin de trouver ce que nous recherchons et parfois même nous tombons sur des choses qui ne nous intéresse pas ou n’a pas de lien direct avec le sujet recherché.

Avec le Knowledge Graph, le moteur de recherche se transforme en moteur de réponse. C’est-à-dire qu’il affiche une information organisée et structurée autour du sujet que l’on recherche.

Exemple d’une recherche via google :

Si l’on fait une recherche sur un personnage public, un lieu, un organisme par exemple avec google sans Knowledge nous avons cela.

Ici, nous obtenons donc tous les sites relatifs à la recherche nommée « Campus ID ». Pour en savoir plus il faudrait donc ouvrir plusieurs onglets et cela pourrait être une perte de temps pour l’utilisateur.

Même recherche avec le Knowledge Graph.

Nous avons donc toutes les informations condensées grâce aux nombreux sites mais cette fois en une seule fenêtre.

Cela se présente ainsi sur notre ordinateur :

Pour se faire Google prend son propre algorithme, qui recherche dans les données structurées dans l’index des moteurs de recherche et qui les attribue ensuite à des “personnes, lieux ou faits importants” pour une recherche précise. Pour des lieux ou des personnalités connues, les informations sont la plupart du temps extraites de Wikipédia.

On peut se servir de Knowledge Graph sur tous les terminaux, comme les ordinateurs, les appareils mobiles, comme les tablettes ou les smartphones.

 

******

 

2. Fonctionnalités

Les fonctions suivantes décrivent le Knowledge Graph :

  • Le carrousel

Google donne des informations sous forme d’un « carrousel », qui présente les informations sous forme de rangées ou de séries. C’est-à-dire que lorsqu’un utilisateur clique sur un lieu qui se trouve au sein du carrousel, il sera renvoyé sur une nouvelle page de recherche Google relative à ce lieu.

 

  • Boîte de résultats

Dans la boîte de résultats, Google engrange les informations et les données structurées provenant de sources différentes (souvent de Wikipédia) relatives à la requête, puis les réaménage.

 

  • Comparaisons dans la boîte de résultats

Avec le lancement de la mise à jour Hummingbird, Google a énormément élargi les fonctionnalités des Knowledge Graphs que des comparaisons entre des entités particulières, telles que des bâtiments, des aliments ou les planètes, sont désormais possibles.

  • Boîte de réponse Google

Introduite en 2015 par Google, Le Knowledge Graph de Google a trouvé sa propre version dans la boîte de réponse. Elle fournit aux utilisateurs des réponses pratiques à des questions sur les définitions ou les phénomènes.

En résumé le concept Knowledge permet :

- de simplifier pour les internautes l'usage du moteur et des autres produits et services, c'est aussi un moyen de le fidéliser, notamment avec les nouveaux terminaux mobiles et éventuellement avec ceux qui suivront comme Google Glasses.

- de donner des réponses et des résumés d’informations de résultats sans avoir à visiter un ou plusieurs sites webs et/ou sortir du moteur de recherche.

- de permettre une recherche prédictive : trouver quelque chose qu’on ne cherchait pas à la base et de pouvoir éventuellement pré-anticiper les prochaines recherches des utilisateurs.

- de donner des informations sur le sens qui se cachent derrière un mot clef. Notamment dans le cas d’un mot à plusieurs sens.

 

******

 

3. API

Pour pouvoir monter dans le Knowledge Graph, Google a mis en place une interface de programmation applicative aussi appelé API accessible à tous par le site de Google.

L’API est donc une interface de programmation destinée à rendre plus simple l’utilisation d’un service, une fonctionnalité, mis à disposition d’un développeur.

Afin de mieux comprendre l’API de Google j’ai essayé de travailler dessus.

Tout d’abord j’ai récupéré une clef d’API sur la console de développement Google.

 

 

Une fois la clef récupérée j’ai suivi le protocole donné sur la documentation fournie par Google.

Je me suis donc retrouvée avec le code suivant :

Nous retrouvons la clef en paramètre à la ligne 11.

Le but de ce code est d’afficher les dix premiers résultats renvoyés par l’API.

Comme paramètre nous avons donc la personne recherchée soit « Johnny Hallyday », la limite du nombre de résultats souhaité, ici dix et la clef d’API.

Une fois ce code lancé nous obtenons ceci :

Explications :

  • S’il y a une image on est renvoyé vers le lien (exemple « Johnny Hallyday » ou encore « Antoine »)
  • S’il n’y a pas d’image, le texte apparaît en gras
  • S’il n’y a ni de titre ni de lien, un retour à la ligne apparait (dans le code : « ‘ ‘ »
  • S’il y a une description elle sera affichée après le terme « description : »

En allant dans la console de débug (Javascript) nous obtenons cela :

Voici donc le résultat au format json (JavaScript Object Notation, c’est une notation sous forme d’objet JavaScript. On retrouve dedans une suite d’associations clefs/valeurs).

On retrouve bien nos 10 éléments (de 0 à 9) et chaque élément sera un objet. On sait cela puisque les objets sont symbolisés par des accolades et les tableaux par des crochets.

Enfin si nous rentrons dans un élément on aura ceci :

On voit bien que l’API peut renvoyer plusieurs types pour un élément, le type est nécessaire au référencement. Il renvoie aussi une description et des détails sur l’article ainsi qu’un nom.

Il peut éventuellement renvoyer une image ou encore un lien vers un site (ici le site de Johnny Hallyday).

******************

Utilité de Knowledge

Il peut s’avérer très utile pour les internautes car cela permet des recherches beaucoup plus complètes en gagnant du temps.

 

******

 

1.    Intérêt

La réponse est simple, google a pour objectif de retenir l’internaute plus longtemps sur ses pages tout en lui proposant des annonces AdWords.

En effet, plus l’internaute reste sur le moteur, plus le nombre de pages consultées augmente. Le nombre d’annonces AdWords lues, et/ou cliquées, va augmenter lui aussi en conséquence. Les éditeurs qui connaîtront une diminution de trafic sur leur site, seront plus enclins à se diriger vers la régie AdWords pour compenser leur baisse de visibilité.

Google AdWords est un outil payant développé par Google en 2000 aux États-Unis. Il affiche des annonces ou des bannières publicitaires sur Google ou même d’autres sites, qui sont ciblées en fonction des mots-clés que tape l'internaute ou en fonction de son comportement de navigation. Il permet aussi lorsque l’on souscrit un abonnement « au nombre de clics » de rester en tête de page tant que le nombre de clics vers le site n’est pas atteint.

Ceci permet d'inciter les publicitaires à fournir des renseignements pertinents par rapport à la demande de l'utilisateur.

Mais l’intérêt pour google est aussi d’utiliser ses services (Google images, Google +, Google Adresse, etc.) pour les intégrer dans le Knowledge Graph.

Et enfin cela permet de mettre en avant son propre réseau afin de lutter contre Facebook son principal concurrent dans le GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazone, les quatre plus gros groupes du marché du web).

 

******

 

2.    Avantages

Les avantages sont multiples tant du côté de l’utilisateur que de celui de Google.

En effet, pour l’utilisateur il y a un gain de temps considérable puisque que le Knowledge Graph va regrouper toutes les réponses pertinentes en une seule fenêtre de prévisualisation mais aussi un confort de recherche en anticipant les futures requêtes de ce dernier. De plus, cela rend le moteur de recherche plus dynamique en pouvant rester dessus sans ouvrir d’autres onglets sans être sûr de tomber sur la recherche voulue.

Mais c’est ici que Google en tire son avantage puisque c’est grâce au AdWords et donc à la publicité que l’utilisateur verra et au clic qu’il fera que Google obtiendra plus de revenu.

Enfin, il y a un avantage pour les entreprises, qui lorsqu’elles mettent à jour leurs référencement SEO (search engine optimisation, qui est donc les métadonnées rentrées dans l’entête d’un site sous forme de balises « meta » et qui vont être lu par le robot de Google lors de l’indexage du contenu) peuvent rajouter des métadonnées spécifiques au Knowledge Graph et qui permettront à l’entreprise d’apparaître lors d’une recherche dans l’encadré spécifique au Knowledge.

******

 

  3.   Limites

Comme première limite nous pouvons trouver le fait que les informations données par le Knowledge Graph sont principalement des informations venant des sites de Google ou des sites partenaires à lui. En effet, comme dit plus haut les informations tel que les biographies viennent pour la plus grande majorité du temps de Wikipédia (où Google a versé beaucoup d’argent dans la fondation sans pour autant y être actionnaire ou autre).

Une autre limite peut être aussi mise en relief, c’est celle de l’e-réputation que le Knowledge Graph peut faire à une entreprise, un lieu ou une personnalité. Comme exemple on peut donner la ville française de Moirans, qui pendant un certain temps c’est retrouver avec une mauvaise e-réputation auprès des internautes à cause de l’image de voitures enflammées lors d’émeutes dans la ville.

Aujourd’hui ces photos ne sont plus sur le Knowledge Graph lorsque l’on cherche cette jolie ville.

On peut aussi mettre un autre exemple récent, celui de Johnny Hallyday, chanteur français que l’on ne présente plus, où le Knowledge Graph, en ce moment, ne parle plus de lui pour son talent mais pour les désaccords familiaux que sa mort à fait jaillir.

Comme on peut le voir en premier ligne ce sont bien les tourments familiaux qui ont pris le dessus sur la star en elle-même lorsque l’on recherche simplement le nom de celle-ci.

Cela peut donc être plus que préjudiciable à n’importe vu que ce seront les dernières informations, les données les plus pertinentes ou encore celles utilisant au mieux les mots clefs de la recherche qui apparaîtront en premier sur le Knowledge Graph.

 

******************

 

Conclusion

En conclusion, le Knowledge Graph de Google est un système qui permet d’aider l’internaute dans sa quête d’information sur le moteur de recherche Google mais aussi de lui simplifier la vie. Cependant, il fait de l’ombre aux pages web qui pourrait pourtant être d’une grande aide dans certaines recherches.

Google a quand même cependant mis en place des systèmes pour permettre aux personnes moins connues de pouvoir apparaître dans son graphe du savoir tel que l’API.

Ce n’est donc pas une révolution en soi mais un gadget qui facilite la tâche des personnes qui ne cherchent pas à faire de grosses recherches, mais plutôt trouver une réponse rapide et efficace.

D’autres grands groupes utilisent aussi cette fonctionnalité tel que Facebook avec son Entity Graph.

On peut s’attendre donc que le Knowledge Graph qui aujourd’hui ne s’applique que sur les choses les plus connues tels que les stars, les lieux ou encore les films, puisse se développer encore plus.

 

 

******************

 

Webographie

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Knowledge_Graph

http://www.ouest-online.com/blog/actualite-du-web/7-points-pour-mieux-comprendre-le-knowledge-graph-google/

https://fr.ryte.com/wiki/Knowledge_Graph

https://console.cloud.google.com/home/dashboard?project=my-project-campus-id&hl=fr&pli=1

https://www.youtube.com/watch?v=3D3YKaUovHE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *